La fuite – 3

Je crois qu’à ce moment précis, nous avons tous poussé un grand soupir de soulagement. Puis très vite, chacun s’est demandé si nous irions jusqu’au bout du voyage. Allions-nous être attaqués ? Tout semblait se passer sans incident. Nous avons atteint Bac Ninh et traversé la petite ville sans encombre. Peu après, nous pensions : « Où allons-nous ? Read more…

La fuite – 2

Tout à coup, sans que l’on sache pourquoi, les voix diminuèrent d’intensité et, peu à peu, un silence total régna. Le chef au pistolet arriva, il grimpa sur une caisse posée là et fit un court discours. Read more…

La fuite

Les sœurs ne semblaient pas à l’aise avec roccupation du Viêt Minh qui s’étendait à une grande partie de notre région. Les soldats Viêt Minh étaient mal armés mais bien présents. Un matin, très tôt, les sœurs nous tirèrent de notre sommeil et nous ordonnèrent de rassembler nos affaires et de faire un baluchon avec notre couverture. Read more…

Le Viet Minh

Un matin, nous vîmes entrer une foule de Vietnamiens, pieds nus, commandés par un chef qui n’avait pour signe d’autorité qu’un pistolet à sa ceinture. Quelques hommes étaient armés de fusils, d’autres de lances effilées de bambous, de bâtons et même de quelques fusils en bois qui n’échappèrent pas à nos yeux d’enfants. Read more…

Les Chinois – 4

Sur le devant de l’estrade, se dressait un micro sur pied. Soudain, un homme parla dans le micro et demanda le silence. Le brouhaha diminua petit à petit comme une vague qui se retirait. L’orateur présenta, en français, puis en vietnamien, le nouveau gouverneur, représentant le général De Gaulle. Celui-ci s’avança 1 vers le micro et prit là parole en français. Read more…

Les Chinois – 3

À notre étonnement, les sœurs semblaient avoir très peur, certaines tremblaient en égrenant leur chapelet. Toutes priaient silencieusement et étaient pâles.Nous ne comprenions rien à la situation. Pourquoi la joie d’un côté et la peur de l’autre ? Read more…

Les Chinois – 2

‘ Fort heureusement, les sœurs (par quel miracle ?) avaient pu trouver du riz blanc complet et l’appétit nous revint. L’occupation chinoise dura plusieurs mois. Elle commença aux environs de novembre 1945 jusqu’aux premiers mois de 1946. Read more…

Les Chinois

Quelques jours après le départ des Japonais, nous vîmes débarquer dans l’orphelinat des centaines de soldats hirsutes, aux uniformes à moitié déchirés. En quelques minutes, ils avaient envahi l’espace de l’orphelinat comme des fourmis. Heureusement, nous sortions de la classe et étions encore groupés. Les sœurs nous emmenèrent vers l’arrière des bâtiments qui étaient encore épargnés par les soldats. Read more…

L’inondation et la famine – 2

La cause de l’inondation n’était pas connue. Certains prétendaient que c’étaient les Japonais qui, voyant arriver leur défaite inéluctable, se vengeaient sur le peuple vietnamien en faisant sauter les digues. Read more…

L’inondation et la famine

Durant les semaines qui suivirent, nous avons vu affluer des centaines, puis des milliers de gens qui fuyaient la crue, tous affamés et suppliant les sœurs de leur donner à manger. Elles n’avaient que la ressource de les envoyer à l’hôpital voir ce que l’on pourrait faire pour eux. Read more…